25 octobre 2019 Beauté

Cheveux : éviter l’hécatombe saisonnière

Stress, alimentation, changements hormonaux, prise de médicament, trauma… Plusieurs facteurs entrent en jeu dans la chute des cheveux et nécessitent une prise en charge spécifique. Si vous sentez vos cheveux tomber en ce début de saison, c’est normal ! On vous explique pourquoi et les mesures à prendre.

Ils sont propices aux chamboulements en tous genres. Concernant les cheveux, il est fréquent de les voir faiblir voire tomber en grand nombre au printemps et à l’automne. Une des causes avancées : les variations de lumière qui fragiliseraient le bulbe capillaire au point d’accélérer la phase de chute. Pas de panique dans ce cas : le phénomène ne dure généralement pas plus d’un mois ! Mais ce n’est pas une raison pour ne rien faire. Le moment est alors idéal pour leur offrir une cure de jouvence et pour cela, plusieurs pistes sont à envisager.

Les cures

Les compléments alimentaires à base de vitamines ont fait leurs preuves. Composés d’un complexe de vitamines du groupe B (notamment B5, B6 et B8), d’acides soufrés et d’oligoéléments (cystine, arginine, zinc), ils stimulent la croissance du cheveu, favorisent la fabrication de kératine et améliorent la résistance et le calibre du cheveu. Ces engrais pour cheveux existent aussi en application externe, que l’on peut d’ailleurs utiliser seuls ou en synergie avec les compléments alimentaires. Sous forme de lotion ou de sérum, ils contiennent le même type d’actifs phares. Beau programme ! Attention toutefois, l’efficacité ne vaut que sur le long terme : comptez au moins deux mois de traitement, idéalement quatre, pour espérer retrouver vitalité et densité.

Enfin, on adapte son alimentation et on privilégie les aliments riches en fer, associés à ceux riches en vitamine C pour booster l’assimilation de ce dernier. Enfin, l’ortie piquante, par voie interne ou externe, est LA plante s’il en est pour remédier aux problèmes de chute des cheveux.

Les gestes à adopter

On n’y pense pas forcément, ils sont pourtant souvent recommandés par les experts. Premièrement, le brossage. Tête en bas, on aère sa chevelure en un long brossage d’une ou deux minutes, en évitant le cuir chevelu au risque de l’agresser. Ensuite, le massage. Coudes posés sur la table, pulpe des doigts sur le cuir chevelu, on réalise des mouvements de massage sans décoller les doigts. Le but est de faire « décoller » la peau, pas de gratter. Cela favorise la microcirculation cutanée.
 Si malgré tout la chute persiste plus de trois mois, il est nécessaire de faire appel à un dermatologue qui saura diagnostiquer une éventuelle carence en fer, un dérèglement thyroïdien et prescrire un bilan sanguin ou hormonal.

Nos produits

Partager cet article :

Vos commentaires

Les champs marqués d'une * sont obligatoires